Construction de Baluchon

Construction de Baluchon
Cliquer sur l'image pour accéder au diaporama de la construction de Baluchon

vendredi 7 octobre 2022

Des précisions et des perspectives ...

 


Dans un article de Reporterre, Yann QUENET revient sur ses motivations personnelles pour la réalisation de son tour du monde à bord de BALUCHON; il nous annonce un prochain départ en hiver 2023, ainsi que la parution de son livre, à paraitre le 10 novembre 2022 ( aux éditions Le Cherche Midi)

  


Éditions Le Cherche Midi, à partir du 10 novembre 2022

 


jeudi 1 septembre 2022

Clap de fin.


Sous réserves d'informations particulières sur la parution d'un ouvrage écrit par Yann Quénet, d'évènements ou de projets à suivre,

Dessin carte postale réalisée par J.Y. LE FOURN
 

... Il est temps de tirer ma révérence et de remercier Yann Quenet pour le partage de son aventure, que ce blog a bien voulu tenter d'illustrer😉

 

The End !

 Christophe EVEN

Retour au bercail....

Peut on revenir définitivement, après de telles aventures ?

Article du Télégramme du 19 Août 2022

La réponse de Yann Quenet est sans ambiguïté, il songe déjà à repartir vers des destinations plus nordiques avec un bateau d'un mètre de plus...


 

Pour l'heure Yann retrouve sa "cabane" et s’attèle le jour à défricher autour d'elle et à écrire son histoire la nuit.

Quant à son valeureux compagnon Baluchon, il est sorti de l'eau et a regagné le garage où il fut construit auparavant.

 

Par la suite, Baluchon pourrait repartir sur les routes à la rencontre des écoliers et d'évènements nautiques... ?

samedi 6 août 2022

Arrivée à Saint Brieuc

Le 6 Aout 2002 , Yann Quenet et Baluchon arrivent en baie de Saint Brieuc et passent l'écluse du Légué en héros.


   

La presse est bien sûr là pour immortaliser l'évènement


Reportage de TF1 : Tour du monde l'aventurier des mers

Vidéo du passage de l'écluse du Légué

Vidéo et interview Ouest France


INVITÉ RTL - “Ne pas revenir plus dingue qu’en partant

  

 

   

Articles ou interviews qui auraient pu ou seront publiés: à suivre ... ?

mardi 2 août 2022

Escale à Trébeurden en terre d'amis...

 

Au matin, Yann et Baluchon reprennent la route, accompagnés en direction de Trébeurden, pour une autre escale en terre d'amis...

 

Arrivés en vue de Trébeuden, la machine médiatique s'emballe...

 

Yann Quenet et Baluchon ont désormais la gloire à la hauteur de leur exploit ...

  

Article du Télégramme

 
Article de Géo

 

Impossible de citer exhaustivement l'ensemble des articles et interview, le dessinateur humoristique Jean Yves Le Fourn a par ailleurs traduit en dessin cette période :

lundi 1 août 2022

samedi 30 juillet 2022

Suivi du parcours de Baluchon en direction de Saint Brieuc

Le suivi de la "balise spot" nous permet de suivre la progression de Baluchon. La carte interactive indique les points de progression au fil des enregistrements des positions transmises par Yann QUENET.

 

 

Le 30/07/2022: 18 ème jour de mer depuis Horta [Açores]. 
 
Baluchon se trouve à150 kms de l'île d'Ouessant;
Vent secteur ouest 13 nds; Météo https://www.windy.com/48.069/-7.082?48.057,-5.444,9,i:pressure,m:eZhafXm

Météo



 





mardi 5 juillet 2022

jeudi 30 juin 2022

Récit de la Traversée Brésil - Açores

Yann QUENET nous dévoile son interview à Voiles et Voiliers sur sa page Facebook;

"Pour ceux qui ne sont pas abonnés à Voiles et Voiliers, une retranscription de l'interview. "

 
Photo: Magaly de Falbala.


 
Interview de Yann Quenet aux Açores : « J’ai cru que mon bateau allait exploser ! »
[Par Christophe FAVREAU de Voiles et Voiliers]
 
Même s’il a progressé à vitesse lente, au près la quasi-totalité du temps depuis son départ du Brésil il y a 62 jours, le marin minimaliste breton parti à l’assaut du monde il y a près de trois ans à bord de son micro voilier de 4 mètres de long à bien cru sa dernière heure arrivée, pris dans un grain dantesque alors qu’il tentait de s’extirper d’un méchant pot au noir. Contacté par Voiles et Voiliers, il raconte cet épisode spectaculaire.
 
"Je ne m’étais pas vraiment préparé à un tel scénario"
 
Voiles et Voiliers : Yann, vous devez être content d’arriver enfin non ? C’était plus long que prévu !
 
Yann Quenet : Oui c’est vrai ! Mais c’était bien quand même. J’avais imaginé une remontée d’une quarantaine de jours pour rejoindre les Açores au départ du Brésil (Yann avait quitté la Marina Jacaré situé à une centaine de kilomètres au Nord de Recife le 26 avril dernier, NDR) mais j’aurais finalement mis 62 jours pour rejoindre les Açores. J’ai été un peu trop optimiste ! Toute la zone des alizés s’est faite dans 25 nœuds au près, ce qui sur un bateau normal est déjà un peu dur mais sur un bateau de 4 mètres seulement, ça secoue beaucoup ! Après le Cap Vert, l’alizé était beaucoup plus modéré mais du coup je n’allais vraiment pas vite, avec des moyennes journalières d’une cinquantaine de milles. Je reconnais que c’était un peu long d’autant que je ne m’étais pas vraiment préparé à un tel scénario, contrairement à mon départ de Nouvelle-Calédonie en direction de l’île de la Réunion. Là je savais que cela allait être long mais ce périple n’a finalement duré que 15 jours de plus que cette remontée du nord du Brésil vers les Açores, beaucoup moins longue théoriquement. J’ai même fait l’erreur de m’enthousiasmer trop vite à la fin des alizés quand j’ai commencé à faire cap direct vers les Açores. J’ai fait l’erreur de penser que je n’en avais plus que pour 10 jours alors que j’ai finalement mis un mois à rejoindre Horta ! Une grosse dépression a généré du vent de Nord qui m’a barré la route. J’ai dû le prendre avec philosophie et me dire que j’allais bien arriver un jour quelque part ! Il fallait rester stoïque et vivre la navigation au jour le jour, sans se projeter.
"C’était vraiment cauchemardesque. J’ai même cru que ma fin arrivait."
 
Voiles et Voiliers : Et comment s’est passée la traversée du pot au noir ?
 
Yann Quenet :  J’en ai bien bavé ! J’ai notamment dû affronter un grain terrible, une tornade tellement forte que j’ai cru que mon bateau allait exploser ! Cela a duré un quart d’heure mais c’était absolument incroyable, démentiel… J’ai vraiment cru que mon petit Baluchon allait se disloquer. C’était à la tombée de la nuit, après une longue journée sans vent. Il faisait extrêmement chaud et il s’est mis à faire tout noir d’un seul coup. Le vent est monté, très très fort, au point que même à sec de toile, le bateau gîtait à 45 degrés, tout le temps de ce phénomène extrême. Le compas est devenu fou. J’ai été secoué très violemment sans trop comprendre ce qui m’arrivait. C’était vraiment angoissant car j’avais eu jusqu’ici totalement confiance dans la solidité de mon bateau mais la violence des éléments dépassait les limites de l’entendement. Je ne savais plus si l’eau qui tombait en trombe arrivait du ciel où de mer, cela venait de partout. La pression était telle que cela dégoulinait partout à l’intérieur. C’était vraiment cauchemardesque. J’ai même cru que ma fin arrivait. Et puis tout est soudainement redevenu très calme, au bout d’une quinzaine de minutes.
"J’ai vraiment cru que c’était la fin des haricots"
 
Voiles et Voiliers : C’est finalement votre premier vrai moment de grosse inquiétude sur ce tour du monde.
 
Yann Quenet : Oui c’est vrai. J’ai vraiment cru que c’était la fin des haricots. Comme je le disais, j’ai eu une traversée du pot au noir compliquée qui s’est passée en deux temps, avec une première partie de vent faible, des grains suivis d’une période de vent d’Est relativement faible mais gérable. Je pensais avoir passé cette zone délicate mais au bout de trois ou quatre jours, je suis retombé dans une zone infernale avec des grains beaucoup très violents auxquels succédaient une absence totale de vent et une chaleur insupportable.
"L’eau était vraiment imbuvable !"
 
Voiles et Voiliers : Cela vous a au moins permis de récupérer pas mal d’eau…
 
Yann Quenet : Il est vrai que j’en ai récupéré beaucoup dans cette traversée musclée du pot au noir mais cette remontée de l’Atlantique a duré tellement longtemps que j’ai dû remettre en service mon petit dessalinisateur à main, ce qui n’a pas été sans conséquence puisque l’eau produite était infecte ! Normalement il faut le rincer assez régulièrement mais je ne l’avais pas fait depuis ma traversée Nouvelle-Calédonie – Réunion… Du coup, l’eau était vraiment imbuvable ! Bon, c’était mieux que de ne pas avoir d’eau du tout mais il fallait que je me force pour boire. Bon, cela reste malgré tout anecdotique.
 
Voiles et Voiliers : Cette navigation exclusivement au près doit faire de vous un spécialiste de cette allure à bord de Baluchon désormais !
 
Yann Quenet : Oui ! D’autant qu’avec mon petit gréement (une voile enroulée autour d’un mât pivotant qui fait office d’enrouleur à l’avant du bateau, NDR), je pouvais faire des réglages au quart de poil sans avoir besoin du safran. Je pouvais régler mon cap et ma vitesse rien qu’en jouant sur l’enroulement de la voile autour du mât. J’ai bien progressé sur le réglage subtil de ce gréement au près. Je n’ai d’ailleurs quasiment pas du tout utilisé le régulateur d’allure. Ces 62 jours de navigation m’auront au moins appris celà !

"faut être un peu stoïque et prendre l’adversité comme elle vient"
 
Voiles et Voiliers : Revenons sur la longueur imprévue de cette remontée de l’Atlantique en provenance du Brésil. À quel moment avez-vous commencé à vous rationner en nourriture ?
 
Yann Quenet : Quand le vent est repassé au Nord, après que je pensais pouvoir tirer tout droit vers les Açores, j’ai compris que cela serait beaucoup plus long que prévu et j’ai commencé à compter tout ce qui me restait de nourriture, en me basant sur les prédictions les plus pessimistes qui soit cette fois. Je me suis basé sur une estimation de 55 jours. Mais ce n’était pas encore suffisant . J’ai donc dû me rationner encore plus avant d’arriver aux Açores. C’est là qu’il faut être un peu stoïque et prendre l’adversité comme elle vient.
 
Voiles et Voiliers : Ce qui est un peu dans votre nature !
 
Yann Quenet : Probablement ! Je suis un peu comme ça mais si je reconnais que sur cette traversée, je suis parti un peu le nez au vent et, même si cela n’a pas été vraiment plus dur que les autres étapes de ce tour du monde, j’ai dû me réadapter à la longueur inattendue de ce parcours en cours de route, ce qui m’a demandé de travailler un peu sur moi, même s’il est vrai, je pense que j’ai sans doute un peu de prédispositions naturelles pour traverser ce genre de situations.
"Maintenant que je suis à Horta, je vais pouvoir dessiner le nom de mon bateau sur le quai comme le veut la tradition ici !"
 
Voiles et Voiliers : Vous êtes arrivé ce lundi 27 juin au matin. Quels sont vos plans maintenant ?
 
Yann Quenet : Je vais devoir réduire un peu le temps initial que je voulais consacrer à cette escale. J’ai eu une arrivée très sympa avec beaucoup de gens intrigués par la taille de mon bateau ou d’autres qui étaient contents de me voir car ils suivent mon aventure. Maintenant que je suis à Horta, je vais pouvoir dessiner le nom de mon bateau sur le quai comme le veut la tradition ici. J’ai juste fait un petit détour autour du monde avant (rires). Et puis, je retrouve des gens que je connais déjà, avec qui j’ai noué des affinités tout au long de mon périple entrepris il y a bientôt 3 ans. J’ai prévu de revenir en Bretagne début août. Je pensais initialement rester un mois mais ce ne sera finalement qu’une dizaine de jours.
 
Voiles et Voiliers : Directement vers Saint-Brieuc, là où vous avez construit votre micro voilier Baluchon dans votre garage pour 4 000 € ?
 
Yann Quenet : Oui a priori. Il va falloir retrouver un travail, gagner de l’argent, remettre des chaussures, faire ma déclaration d’impôts… Bref, des trucs de grandes personnes ce qui ne m’enchante pas vraiment mais bon, j’ai aussi d’autres projets enthousiasmants qui vont m’aider à supporter tout cela. Ce tour du monde m’a permis d’apprendre à supporter beaucoup de choses !


dimanche 29 mai 2022

2/3 du parcours Brésil-Açores et franchissement route aller Canaries - Guadeloupe Novembre-Décembre 2019

Jour 32: dimanche 29 mai 2022, Yann Quénet et baluchon ont franchit leur sillage réalisé de novembre à décembre 2019; ils se rapprochent du dernier tiers de la route directe Brésil- les Açores. 

 

 

Pour souvenir et rappel le récit de la traversée Canaries - Guadeloupe http://www.boat-et-koad.com/baluchon-voilier.php 

Vidéo de la traversée:

 

samedi 21 mai 2022

Milieu de parcours de la route directe Brésil- Açores

Samedi 21 mai, 26 ème jour de traversée depuis le Brésil

Yann Quénet et Baluchon se rapprochent de la moitié du parcours de la route directe Brésil- Açores (# latitude du Cap vert). 

Distance parcourue # 263 kms / 2 jours; Vitesse moyenne #3 nœuds; 

Météo : vent NE 14 nds  https://www.windy.com/15.494/-35.760?14.889,-35.760,8,i:pressure


mercredi 11 mai 2022

Position de Baluchon le 11 mai 2022 : 16 ème jour de mer depuis le Brésil

 

Yann Quénet a "spoté" le 11mai : ils viennent de passer à l'ouest de la route directe vers les Açores, la vitesse moyenne a été faible (2.1 Nœuds) mais la zone de calme de la "convergence intertropicale" semble désormais passée... Les vents seraient Est et passeraient au Nord-Est...
 
Météo:

 

mercredi 4 mai 2022

Passage de l'équateur

Yann Quénet et Baluchon ont traversé la ligne de l'équateur entre le 3 et le  4 mai dernier; ils sont donc désormais dans l'hémisphère nord.


 

lundi 25 avril 2022

La route des Açores

Yann Quénet et Baluchon s’apprêtent à quitter prochainement le Brésil pour rejoindre les Açores... La route directe  jusqu'aux Açores représente une distance en route directe d'environ 2700 Miles nautiques (5000kms); Or les conditions météo ne sont pas favorables tout au long du parcours: pot au noir et vents contraires.

Pour cette traversée conséquente, Yann Quénet devra en outre se charger de vivres et d'eau suffisants qui alourdiront Baluchon. En conséquence, Yann Quénet devrait conjuguer avec des vents travers ou portants (selon leur force et direction); sa route pourrait être donc en être rallongée.

Au regard des moyennes journalières observées par baluchon et selon les conditions météo rencontrées, il est possible d'estimer une durée approximative de 40 à 50 jours de traversée, pour rejoindre les Açores... [ A suivre donc].

 

 




dimanche 3 avril 2022

Arrivée à Recife [Brésil] le 3 avril 2022 = 22 ème jour de traversée.

 

 

 Photos et vidéo ci dessous de Yannick Ollivier


 

 

 


 

La carte réalisée par Eric MARECH (ci-dessous) illustre le parcours de Baluchon depuis son départ de Lisbonne en 2019.



mercredi 16 mars 2022

Couverture satellite et localisation de Baluchon

L'absence de réception du signal de la balise de localisation de Baluchon peut s'expliquer par la situation présumée de Baluchon aux pourtours de la zone de couverture du satellite spot.(?)

Cette absence de réception est donc momentanée, jusqu'à ce que Baluchon se retrouve dans la zone de couverture du satellite.
 

lundi 14 mars 2022

Le tour du monde est bouclé

 

Que ce soit au départ de Saint Brieuc (juillet 2015) ou de Lisbonne (mai 2019) , Yann Quénet  et Baluchon ont désormais parcouru l'ensemble des méridiens du globe: La Mission tour du monde est donc désormais bouclée !

dimanche 13 mars 2022

De Jamestown ( Île de Sainte Hélène) vers le Brésil ( Recife)

 

Yann Quénet est donc reparti de l'île de Saint Hélène à l'assaut de l'Atlantique à bord de Baluchon le samedi 12 mars 2022 en direction du Brésil.

Son point d'arrivée pourrait  être Recife (?), port situé à environs 1800 miles nautiques de Jamestown (en route directe). 

Considérant une moyenne d'environ 75MN / jour [(rapportée à la route directe entre Cape Town (Afrique du sud) et Jamestown (île de st Hélène)]; cette nouvelle étape pourrait donc durer environ 25 jours, comme l'a souligné Yann Quénet avant son départ, présageant d'une arrivée possible vers le 6 avril...[A suivre donc]

 


lundi 21 février 2022

Arrivée de Baluchon et de Yann Quénet sur l'Ile de Saint Hélène

Montage Eric Maréch

Depuis la mise en escale du blog le 11 février 2022, Yann Quénet et Baluchon ont progressé tant bien que mal en composant avec des vents faibles et des vitesses moyennes relativement faibles.

La disparition du tracé de la route de Balchon via le site findmespot , suite à l'arrivée de Yann Quénet sur l'île de Sainte Hélène, ne nous a pas permis d'intégrer l'ensemble des points sur la carte de suivi du trajet de Baluchon ci-dessus.

 

Le site  Marine Traffic, nous confirme bien cependant l'arrivée de baluchon en baie James le 19 février 2022, après 24 jours de traversée.


Le protocole sanitaire anti-covid en vigueur sur l'île (stricte et contraignant), oblige Yann Quénet à rester en quarantaine sur Baluchon en attendant un test PCR (réalisé le jeudi 24 février...) puis le délai du résultat du test 😐 (malgré une traversée de 24 jours en solitaire en mer ?!).

 

Étant confiné probablement au mouillage et supposant que dans ces conditions Yann Quénet peut ne pas avoir accès au réseau internet pour communiquer sur son arrivée, plusieurs "bouteilles à la mer " sont envoyées pour avoir des nouvelles : SMS, mails aux autorités portuaires, recherches de contacts locaux, réseau FB local, signaux de fumée, tam tam... 💬

 

Finalement, c'est par le biais du réseau FB local, que nous vient des nouvelles, nous confirmant les contraintes sanitaires qui empêchent donc certainement à  Yann Quénet de pouvoir communiquer 😏